Interview de Mr Gilles Martin – Ancien président (1983-1993) et membre fondateur de l’Adim

En 1904, vous pouviez déjà faire votre marché à La Baule, celui-ci était alors situé place Leclerc.

Puis , il est venu poser ses étals là où il est encore aujourd’hui. Il s’y sent bien là, le marché, il se plait à jouer toute l’année le cœur de La Baule, tout proche de l’avenue De Gaulle.

Alors quand au début des années 70 certains élus ont voulu le déplacer place des Salines, Mr Martin a tiqué et accueilli le projet avec une certaine fraîcheur… Et il a donné naissance en janvier 1972 à l’Association de Défense des Intérêts du Marché.

Marché place Leclerc La Baule
Histoire marché
Histoire marché
Histoire marché
Histoire_Marche_de_La_Baule 29
Histoire_Marche_de_La_Baule 31
Histoire_Marche_de_La_Baule 33

L’ADIM regroupait les commerçants du marché, puis l’année suivante a accueilli ceux des alentours, de l’avenue De Lattre à l’avenue Olivier Guichard. L’idée était de s’unir pour démontrer que le marché avait bien sa place au cœur de la station, tant historiquement que sentimentalement et surtout économiquement. S’opposer oui, mais sans jamais être vindicatif. Car comme le dit Gilles Martin, boucher à l’époque et l’un des fondateurs de l’ADIM, « La meilleure façon de parler de soi, c’est plutôt dans l’animation que dans la contestation. ».

Avec Monsieur Jacob, fromager et volailler, et 3 autres commerçants, ils entreprennent donc de faire bouger le marché à coups d’opérations qui auraient de quoi rendre jaloux bon nombre de publicitaires.
Jugez donc:

  • Qui a profité d’une grue bâtissant un immeuble dans les parages pour faire descendre dans une cheminée un commerçant habillé en Père Noël ? Ce n’est pas Bébel, mais bien l’ADIM.

  • Qui a aménagé à coups de tonnes de terre une piste de bicross autour du marché ? Encore elle. Et ce ne sont que quelques exemples de ce qu’aujourd’hui on appellerait « créer le buzz ». Les retombées dans la presse furent immanquables.

Résultats, l’ADIM a su protéger son emplacement et améliorer toujours plus les conditions de travail des commerçants en gagnant le cœur des élus (celui des Baulois, elle l’avait déjà).
Aujourd’hui, elle poursuit son action, toujours dans la bienveillance et la bonne humeur.

Coupures de presses