homard

Le seul choisi par mes soins est le petit homard breton, bon nageur et sérieux marcheur, à belle carapace bleu noir violacé.
Sa chair, élevée en eaux froides, est blanche, dense, parfumée.
C’est un met de fêtes.
Pour ne pas faire souffrir inutilement le homard, il faut l’engourdir quelques heures en bas du réfrigérateur.
Puis, en le tenant la tête en bas, frotter avec le pouce entre les deux yeux.
Profitez de ce sommeil pour le ficeler et le plonger la tête la première dans un bouillon bien aromatisé en pleine ébullition.
Que la SPA nous pardonne « la plus expéditive »

Couper en deux, arroser de jus d’orange et rôtir.
Récupérer le corail et les intestins et mixez-les avec un peu de crème, une goutte de cognac, une pincée de curry, piment d’Espelette et feuilles d’estragon.

A verser en fin de cuisson sur les homards….
SIMPLEMENT DÉLICIEUX.

Recette d’Eric Mignard Chef du restaurant Le Castel Marie-Louise, Groupe barrière à La Baule.

Membre National Club-Toques Blanches – Membre de Tables et Saveurs de Bretagne – Membre de l’Union culinaire de Bretagne

Realis & Chateaux